antoine séguin



Je pratique et m’intéresse à l’occupation des sols et des murs. Mes travaux documentent ou provoquent les appropriations imprévues et discrètes; — parfois au nom du GANG avec lequel je sévis — ainsi, par le biais de la photographie, de l’illustration, de l’édition ou encore de l’installation, je crois que l’anecdotique ne l’est finalement pas tant que cela.

Parallèlement, je réalise des travaux de commandes de photographies ou d’illustrations, principalement pour les disciplines de l’architecture, du paysage et de l’urbain.

Depuis 2018, je co-édite la revue Exercice dont le premier numéro va bientôt paraître.





antoine séguin



Je pratique et m’intéresse à l’occupation des sols et des murs. Mes travaux documentent ou provoquent les appropriations imprévues et discrètes; — parfois au nom du GANG avec lequel je sévis — ainsi, par le biais de la photographie, de l’illustration, de l’édition ou encore de l’installation, je crois que l’anecdotique ne l’est finalement pas tant que cela.

Parallèlement, je réalise des travaux de commandes de photographies ou d’illustrations, principalement pour les disciplines de l’architecture, du paysage et de l’urbain.

Depuis 2018, je co-édite la revue Exercice dont le premier numéro va bientôt paraître.





365
obsession, photographie
depuis 2017

Les trottoirs parisiens portent les traces du temps qui passe. A la suite de travaux en tranchées, des ouvriers recouvrent les zones impactées par des pansements de bitumes. Ils apposent ensuite une matrice indiquant le jour, le mois et l'année de l'intervention. Ils tamponnent le sol.
Depuis le 21 mai 2017, je collecte et classe mes photos de ces plaques de bitume dans l’optique de former un calendrier perpetuel sous la forme d’un éphéméride.
3 ans plus tard, il me reste 27 dates à trouver, et 8 jours fériés à imaginer.

Année : 2017 - en cours
Instagram : @asphalt_365_


   
︎ mail@antoineseguin.com
︎ +33 6 73 38 59 59

︎︎︎ 3 novembre 2020