MICro MACro




2013, Paris XIIIe, pour le concours algeco
Équipe — Antoine Séguin, Jérémie Dru, Brice Rosaye, Louis Befve
︎Ce projet a reçu la mention spéciale du jury lors de la 4ème édition du concours architecture[s] élémentaire[s] "Hybrid Containers"



La nécessité de contrer l’étalement urbain dans une optique de développement durable autant que dans une volonté d’améliorer le cadre de vie de tous nous amène à repenser la densification de nos villes, qui peuvent nous apparaître saturées.
Pourtant la ville regorge de potentialités inexploitées et considérées comme inexploitables que l’on peut cependant investir de façon éphémère et légère : espaces publics, bâtiments en friche, ouvrages d’art industriels (ponts, métro aérien...).






On constate une volonté générale de se réapproprier son cadre de vie accompagnée d’une émergence de projets qui visent à revitaliser des quartiers à l’initiative d’habitants ou encore de collectifs d’architectes qui incorporent les populations au processus de conception et de réalisation. Ces projets sont liés à la festivité, à la flânerie, à la culture, à l’information, au partage et à l’échange en contestant une notion exclusivement marchande de la ville.


L’utilisation de l’algeco est adaptée à ce processus car réactive, immédiate, modulable et réversible. Par le biais de l’algeco, les habitants et usagers peuvent se réapproprier la construction et la transformation de leur environnement et ainsi de la vie de leur quartier.
Cette démarche créative et ouverte nécessite un espace de conception et construction de ces projets. Celui-ci s’intègre dans un réseau urbain qui permet leur diffusion. Ceci se présente comme un chantier participatif intégré dans un quartier dynamique qui fonctionne en synergie avec le chantier.






La halle Freyssinet est adaptée à l’implantation d’un chantier de ce type de par sa situation géographique: au coeur d’un quartier en mutation (ZAC Paris Rive gauche dans le XIIIème arrondissement) lui-même au centre d’un réseau de communications important permettant d’acheminer les projets réalisés vers leur destination.




Le chantier donne naissance à un quartier dans la halle riche des multiples possibilités d’assemblage des algecos.
L’intégration de modules dans la trame sublime les qualités de ce patrimoine et inversement, cet ouvrage met en valeur ces modules standardisés.
Le processus participatif et évolutif de ce quartier correspond au mode de vie des étudiants, qui est la population la plus à même de s’investir dans ce type de projet, de se renouveler et de devenir acteur de son environnement proche.
Les activités se développent dans la nef centrale, où la toiture de la halle forme un passage couvert. Les logements quant à eux structurent des rues plus intimes dans les nefs latérales tout en profitant de la lumière naturelle.

Le chantier est situé à l’extrémité de la halle qui débouche sur le boulevard Vincent Auriol, et devient un moteur au cœur du réseau de communication de la métropole. Une équipe permanente encadre et gère les réalisations du chantier. Celui-ci est ouvert à toute personne souhaitant proposer ou participer à un projet. La conception des projets est basée sur un processus de recyclage de l’algeco : il est conçu sur place, transporté puis monté sur le site, et une fois démonté, les composants sont ramenés à la halle où ils pourront être réutilisés.