RVB, nuits à São Paulo



Photographie
, 2018



La fonction de la lumière dans nos villes s’est radicalement transformé depuis le siècle dernier. D’un usage purement utilitaire, assurant la sécurité et la vision, elle joue aujourd’hui un tout autre rôle, dont celui de mettre en scène les monuments de manière spectaculaire, allant jusqu’à les « sur-valoriser » comme le rappelle Luc Gwiazdzinski, géographe dont le travail interroge la nuit comme espace-temps ressource prometteur pour la réinvention des villes contemporaines.

Dans la lignée de mes déambulations nocturnes dans São Paulo, la série de photographies RVB, nuits à São Paulo immerge le visiteur dans l’hétérogénéité lumineuse de la mégalopole, en se focalisant particulièrement sur les lumières colorées en Rouge Vert Bleu (RVB, les trois couleurs primaires servant de base pour en générer jusqu’à 16 autres).

Prolongeant le jour dans la nuit, ces lumière colorées éclairent de façon surnaturelle des lieux, des monuments, des objets ou encore des individus et, simultanément, neutralisent visuellement le contexte alentour par une surexposition et un contraste saisissant.

Ainsi, la nuit tombée, l’éclairage d’un simple palmier (en vert, bien sûr) lui donne autant de valeur symbolique qu’une sculpture représentant les Bandeirantes (suiveurs de drapeaux, pionniers du XVIIe siècle partis explorer les territoires intérieurs du Brésil), bouleversant ainsi la perception diurne de la ville.

Gélatine pigmentée (chibasystem) sur tirage gélatino-bromure n&b par Didier Derien