antoine séguin


Je suis architecte HMONP et auteur photographe basé à Paris.
Je pratique et m’intéresse à l’occupation de l’espace libre — parfois au nom du GANG avec lequel je sévis — ces travaux documentent ou provoquent les appropriations imprévues et discrètes, par le biais de la photographie, de l’illustration ou encore de l’installation.
Je réalise également des travaux de commandes de photographies ou d’illustrations — principalement des photographies pour des architectes, paysagistes ou urbanistes — je participe aussi à des résidences où j’ai la chance de croiser les différentes disciplines que je pratique.
Depuis 2018, je co-édite la revue Exercice dont le premier numéro verra le jour fin 2020.



mail@antoineseguin.com
+33 6 73 38 59 59

Shop ︎ 
Instagram


antoine séguin


Je suis architecte HMONP et auteur photographe basé à Paris.
Je pratique et m’intéresse à l’occupation de l’espace libre — parfois au nom du GANG avec lequel je sévis — ces travaux documentent ou provoquent les appropriations imprévues et discrètes, par le biais de la photographie, de l’illustration ou encore de l’installation. Je réalise également des travaux de commandes: principalement des photographies d’architecture, mais aussi d’autres comme des résidences ou des illustrations.
Depuis 2018, je co-édite la revue Exercice.



mail@antoineseguin.com
+33 6 73 38 59 59

Shop ︎ 
Instagram


O Minhocão
photographie, édition
2018


« O Minhocão » : ce surnom donné par les paulistas, les habitants de São Paulo, à un viaduc autoroutier inauguré en 1971 et fermé depuis 1989 au trafic les soirs et week-end, résume à lui seul la transformation amorcée dans la mégalopole brésilienne. Le « gros ver de terre », ainsi qu’on peut le traduire, est en effet un espace mouvant, lieu qui se meut, se mue, par l’entremise des habitants, en espace piéton où chacun peut errer, flâner, traverser l’autoroute qui serpente entre les immeubles, pour mieux l’habiter différemment. Cette reconquête piétonne permet de penser la ville, la vie, autrement, de voir le monde sous un autre angle, et ce livre se veut la trace de cette métamorphose. O Minhocão donne ainsi à voir comment la poésie a investi ce qu’il y a de plus prosaïque.

︎ 150 exemplaires
17,5 x 28,3 cm
48 pages
Couverture souple (Reliure suisse)
Français / Anglais
ISBN: 978-88-32108-01-9


Collaboration : Iris Akram
Maison d’édition : Urbanautica




Voir les tirages issus du livre sur ︎

BBQDIY
illustration, édition
depuis 2017

BBQDIY* est une série de dessins techniques de barbecues. Ces barbecues sont des pièces uniques —fruits de l’ingéniosité des concepteurs-fabricants— chacun apportant une réponse individuelle à un besoin collectif selon ses capacités et les ressources à sa disposition. Seuls les barbecues que je découvre lors de mes pérégrinations sont ensuite dessinés à partir de photographies.

* barbecue do it yourself / barbecue fait soi-même


La série entière est disponible en cartes postales 14x14cm sur papier Olin Rough 300g



Voir les cartes à l’unité sur ︎

Gregory H. Despointes
commande, photo d’archi, site internet
depuis 2016

Depuis 2016, je réalise des reportages des chantiers et projets de l’architecte Gregory H. Despointes.
Fin 2019, j’ai créé son site internet ghdespointes.com qui compile une cinquantaine de ces prises de vues.

Architecte : Gregory H. Despointes


   

Monuments
risographie, illustration
2018

«Il s’agissait d’animer les autoroutes, de faire participer le voyageur à l’histoire et à la géographie des lieux»
Jean Widmer, à propos des panneaux d’autoroutes

Ces illustrations font échos à ces “Signalisation d’Animation Culturelle et Touristique” que l’on trouve sur les bords des autoroutes.

Ces images sont nées au fil des années sur ce qu’on appelle entre nous "le reg" (pour l’expression « on the regular »: faire quelque chose régulièrement). Le reg désigne une piste cyclable coincée entre l’autoroute A4 et la Seine, au sud-est de Paris, qui relit Paris à sa banlieue sud-est.
Au fil de ce tronçon urbain sans issues, des monuments involontaires (TVK dans «Paris, la ville du périphérique») sont implantés de part et d’autres du tronçon cyclable, autant de repères urbains et de lieux communs pour les cyclistes de la piste ou les automobilistes de l’autoroute de l’est.

Risographies : 29,7x21cm Collages : 120x170cm et 270x360cm




Voir les risographies à l’unité ︎

   

Sur la piste des derniers hommes sauvages
photographie, édition
2015

Le Carrefour Pompadour est un gigantesque croisement, une porte de Paris au beau milieu de la banlieue sud-est. Construit sur des terres qui appartinrent à Madame de Pompadour, célèbre maîtresse du roi Louis XV, le carrefour génère une zone qui présente toutes les caractéristiques induites par l’urbanisme automobile : magasins « boîtes à chaussures », parkings, grillages, terrains vagues...

« Dans un monde hostile, projeté par les Ingénieurs du Grand Tracé pour faciliter le passage des Machines, des hommes et des femmes tentent de survivre. Ils créent une géographie autre, des parcours alternatifs, des itinéraires bis… Comme on piste les lapins de garenne, voici le recueil de traces d’humains rendus à la nature, une nature technocosmique construite par leurs congénères Modernes à l’usage des Machines, auxquelles ils préparent le terrain. Bientôt, l’Homme, obsolescent, laissera la place à son digne successeur. L’exoévolution est en marche. »

« Sur la piste des derniers hommes sauvages » tente de reconnecter avec le récit à l’origine de l’émergence de notre condition métropolitaine actuelle, dans le but d’en révéler les potentialités invisibles.


Collaborateurs: cartes︎︎︎2SJ et textes︎︎︎Adrien Krauz
Récompense :  ︎ La maquette du livre a été nominée et exposée pour le LUMA Dummy Book Award aux Rencontres d’Arles 2015

   
︎︎︎ 10 août 2020